Les HauT-peRcHé-e-s

 

Chaque haut-pErCh-é-E se veut un poème plastique où les mots se combinent aux images en vers aléatoires. La lecture apparaît suivant des verticales, des lignes courbes, des hasards éphémères, hypnotiques. Images et mots mêlés dans un enchevêtrement de fibres figurent une forêt primaire, grouillante d'une biologie onirique dont les particules se détachent, se mêlent et se défont en un bouillon de vapeurs textiles.


La sensualité des matière utilisées (les tissus-peaux) évoque un magma utérin où les mots prendraient corps au même titre que les personnages embryonnaires dont ils sont inséparables.

C'est un univers en émanation qui se dessine ou disparaît... constamment.

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now