D'autres dialogues en gestation :

 

La suite logique est d'inverser les rôles : proposer à Claire et Philippe de rebondir sur des dessins de divas « isolées », afin d'en donner une interprétation photographique.

 

Autre option : Décliner les divas baroques en 3 D, sous forme de sculptures textiles telles de monstrueux santons de tissus rapiécés. De mauvais esprits y verront peut-être une provocation à la tradition étriquée, comme un doigt d'honneur au conformisme censeur.

 

 

Rodia BAYGINOT

 

Inspirations réciproques

 

 

En 2012, afin de répondre à la thématique d'une exposition collective, j'utilise une toile montée sur châssis, peinte à l'acrylique, pour représenter Claire ORDIONI, ma fille, sur une scène d'opéra en chanteuse inspirée : des projecteurs mettent en évidence la sur-dimension du personnage aux mains bien trop nombreuses. C'est une héroïne, au sens antique du terme, mi- femme, mi-déesse. voir la vidéo

 

En 2016, Claire et Philippe ORDIONI commencent la série « Divas baroques » : extravagantes, bizarres, tragiques, asymétriques, drôles, surprenantes, mais toujours majestueuses et fières, belles et rebelles, les divas baroques s'imposent et s'exposent *, notamment à Aubagne pour le Festival « Photologies » la même année. voir la vidéo 

 

J'y répondrai quelques mois plus tard par des dessins à l'encre de Chine au même format que les tirages photographiques correspondants. Ces dessins reproduisent les contours des personnages photographiés, avec un parti pris graphique emprunt de fantasmagories très personnelles.

 

Ainsi, nous créons une série de duos dessins/photos, exposée plusieurs fois depuis.

 

 

 

* extrait d'un texte de Nelly Stul