Pas facile lorsqu'on est trois de trouver une date disponible pour une exposition commune sur le calendrier du Cercle toujours bien rempli.

 

Le hasard nous a imposé cette date sans qu'elle n'ait pour nous, à priori, de signification particulière. Il se trouve aussi, ayant parfois l'impression de sentir le souffre, que nous avons développé une certaine sympathie pour les sorcières et l'imaginaire fantasmagorique qui les entourent, et que nous aurions traité le même thème en mars ou en septembre.

 

On sait qu'au moment de l'Inquisition, il était fréquent d'envoyer sur le bûcher des a-normaux en tous genres dont le seul point commun était de ne pas être conformes aux impératifs sociaux. Actuellement, une pression de plus en plus forte donne à tout un chacun l'envie de ne pas déroger aux règles : la précarité ou la peur de devenir pauvre tétanise, la dérision s'utilise avec des pincettes, il faut faire attention à ce que l'on dit, on ne peut plus rire de tout … un peu comme dans « Le nom de la Rose » d'Umberto Ecco au Moyen-Age … ou dans Charlie Hebdo.

 

Ainsi, cette date d'Halloween que nous n'avons pas choisie et qui nous apparaît plutôt, en France, comme dépourvue de sens profond, pourrait-elle devenir l'occasion de revendiquer anticonformisme, tolérance, humanisme et liberté d'expression : Halloween en soutien à toutes les sorcières chassées !

 

Avec des formes et des couleurs, tout artiste raconte, comme d'autres le feraient avec des mots.

Son langage, parfois si particulier, utilise des moyens inattendus, développe des charmes hors-normes aux épices, aux ingrédients plus ou moins prononcés. Dans nos marmites respectives, à Isa, Noptud et moi, il y a une singularité décomplexée, c'est-à-dire que nous tentons d'aller au plus proche de nos mystères intérieurs : que ce soit dans les portraits ethnico-pop d'Isa, dans l'abstraction non figurative de Noptud , ou dans mes graphies tout à la fois archaïques et contemporaines.

 

Loin de toute provocation, nos expressions ne font aucune concession à une esthétique de bon goût. Ces œuvres là ne sont pas « zen », une certaine gaîté apparente ne pouvant cacher les turpitudes et les interrogations d'âmes humaines que, dans un autre temps, on aurait dites ensorcelées.

 

Les œuvres d'art n'étant pas seulement des objets décoratifs, il se pourrait fort que, les tableaux une fois accrochés, le Cercle se trouve possédé, absorbé dans un maelström d'énergies manifestes aux effets galvanisants.

 

Voilà les sortilèges que nous mettons en place pour cette exposition.

 

R.B.

Journal Mèfi 031118 1/3
Journal Mèfi 031118 1/3
Journal Mèfi 031118 2/3
Journal Mèfi 031118 2/3
Journal Mèfi 031118 3/3
Journal Mèfi 031118 3/3
La Provence 01 11 18
La Provence 01 11 18

 

Jusqu'au 7 décembre 2018

 

adresse exposition :

 

Le Cercle de l'Harmonie

12 Cours Beaumont, 13400 Aubagne

Tel. 04 42 70 12 91

 

Le cercle est aussi un café associatif, ouvert pratiquement tous les jours, le matin et l'après-midi, parfois en soirée.

 

Fondé en 1890 dans la plus pure tradition de l'Éducation populaire, Le Cercle de l'Harmonie tient à faire perdurer un esprit de convivialité, de partage et de bonne humeur.  

Noptud

page Facebook Noptud Dupont (Noptud)

 

Isa

son site

 

 

Quadrature du Cercle - Rodia
Quadrature du Cercle - Rodia